Yezz Sfera : le premier smartphone qui filme à 360 degrés

Yezz Sfera : le premier smartphone qui filme à 360 degrés

Le constructeur Yezz dévoilera en détail au CES un smartphone muni de deux caméras. Il pourra filmer à 360 degrés pour réaliser des vidéos sphériques. Un secteur sur lequel se sont engouffrés plusieurs autres acteurs.

Le Sénégal lance un appel d’offres pour la 4G

Cet appel à candidatures intervient près de deux ans après le lancement de la phase de test de cette technologie. La clôture des offres est fixée au 18 janvier 2016.

Le Sénégal a lancé un appel d’offres pour l’attribution de trois licences et fréquences autorisant l’utilisation des technologies de téléphonie mobile 4G, a indiqué le 16 novembre Abdou Karim Sall, le directeur général de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP).

Selon le texte de l’appel d’offres, ne sont autorisées à se porter candidates que les sociétés de droit sénégalais « déjà détentrices d’une licence d’établissement et d’exploitation de réseau ouvert au public et de fourniture de services de télécommunications au public”. Le régulateur télécoms n’a fourni pour l’instant aucune estimation du prix minimum des licences.

Selon le cahier de charges, les opérateurs devront assurer la couverture 4G d’au moins 65 % de la population du Sénégal dans un horizon de 5 ans et 85 % dans un laps de 10 ans. Dakar et les capitales régionales devront être entièrement couvertes dans un délai de cinq ans et la totalité des neuf principaux axes routiers du pays en 10 ans.

La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 18 janvier 2016. « Il y aura une période de 15 jours pour évaluer les offres et une autre de deux semaines pour les rapports et les notifications provisoires », a expliqué le directeur général de l’ARTP à l’agence officielle APS.

Trois opérateurs de téléphonie mobile sont actifs au Sénégal : Sonatel, filiale du français Orange et leader avec 55,86 % du marché, devant le luxembourgeois Millicom, qui opère sous la marque Tigo (22,84 %), et Expresso, filiale du groupe dubaïote Expresso Telecom, qui détient 21,30 % de part de marché.

Insuffisant

Le lancement de l’appel d’offres pour la 4G intervient après une très longue phase de test, qui a duré plus d’un an et demi. En avril dernier, Dakar avait refusé de la prolonger arguant en outre que les propositions reçues à l’époque de la part des opérateurs étaient insuffisantes autant sur le plan financier que technique.

Fin septembre, le Sénégal comptait 6,9 millions d’abonnés à l’internet mobile, dont 50,7 % d’utilisateurs de la 3G. Le taux de pénétration d’internet (dominé à 94 % par l’internet mobile) est de 54,4 %.

Le marché est dominé par Orange (67,07 %), devant Tigo (23,27 %) et Expresso (9,66 %).

Le Li-Fi, 100 fois plus rapide que le Wi-Fi, débarque dans les entreprises

  • Le Li-Fi, 100 rapide Wi-Fi, débarque entreprises

    Le Li-Fi, 100 fois plus rapide que le Wi-Fi, débarque dans                            les entreprises – Shutterstock

Plus rapide, plus sécurisé, le Li-Fi sort des laboratoires et commence à être adopté par les entreprises. Cet Internet par la lumière présente de nombreux avantages face au traditionnel Wi-Fi.

Et si chacune des milliards d’ampoules utilisées aujourd’hui devenait un hospot Internet ? Cette hypothèse relève de moins en moins de la fiction. Longtemps resté en phase de test, le Li-Fi (pour “Light Fidelity”) fait aujourd’hui son apparition dans les entreprises.

Velmenni, start-up estonienne et finaliste du concours Slush en novembre , est une des dernières à en avoir équipé ses bureaux et des environnements industriels à Tallin. Et avec Velmenni, le Li-Fi repousse ses propres limites.

Lors de tests en condition réelle, les données envoyées en Li-Fi ont été transmises à un débit allant jusqu’à 1 gigabit par seconde. C’est plus de cent fois plus rapide que le traditionnel Wi-Fi : le débit moyen en France est de 7 mégabit/s , ou, pour le très haut débit, de 50 à 120 mégabit/s.

Concrètement, via le Li-Fi, un film en haute définition peut être téléchargé en quelques secondes, contre au moins plusieurs minutes en Wi-Fi.

Comment fonctionne le Li-Fi ?

Le Li-Fi est tout simplement du morse lumineux. Les données – donc un signal binaire sous forme de 0 et de 1 – sont converties en clignotements lumineux. Les ampoules LED utilisées étant capable de clignoter plus d’un million de fois par seconde, ce changement d’intensité est invisible à l’oeil nu.
Il suffit alors de placer sous cette lumière un ordinateur ou un téléphone pour qu’il capte ce signal Li-Fi. A condition, bien sûr, qu’il soit équipé d’un récepteur adapté.

Beaucoup plus rapide, et plus sécurisé

Le Li-Fi cumule les avantages face au Wi-Fi, comme l’explique son inventeur, Harald Haas, professeur de l’Université d’Edimbourg, lors d’une conférence en 2012 :

En plus d’être extrêmement rapide, le Li-Fi est plus sécurisé. La lumière ne pouvant traverser les murs, impossible d’accéder au réseau à moins de se trouver dans la pièce.

Autre atout essentiel : il est moins affecté par les interférences. En effet, le Wi-Fi, comme le Li-Fi, fonctionnent grâce aux ondes du spectre électromagnétique. Mais le Wi-Fi passe par des ondes radio – très utilisées et donc congestionnées – alors que le Li-Fi utilise le spectre visible, inexploité.

A l’heure où le Wi-Fi est montré du doigt pour sa nocivité, le Li-Fi est a priori un réseau inoffensif, qui se passe d’antennes-relais et de bornes. Il peut donc aisément être utilisé dans les hôpitaux ou les avions car il ne risque pas d’entrer en interférence avec d’autres appareils. A l’inverse, là où les ondes radio ne peuvent pas pénétrer, comme dans les couloirs souterrains du métro, le Li-Fi peut être installé facilement.

Un marché en pleine expansion

Velmenni n’est pas la seule entreprise à mettre au point cette nouvelle technologie. Le marché est en pleine expansion. En Europe et aux Etats-Unis, les grands de l’électronique, comme Philips, Siemens et General Electric, s’y sont mis, et au Japon, un consortium réunissant les chercheurs de l’université Keio et les sociétés Panasonic, Toshiba et Casio a été créé.

Les Français ne sont pas en reste, loin de là. La start-up française Oledcomm, par exemple, a été créée dès 2012 par Suat Topsu et Cédric Mayer, deux chercheurs de l’université de Versailles. Après huit brevets déposés, ils ont déjà pu dévoiler un smartphone solaire fonctionnant via Li-Fi ou des ampoules LED transformées en GPS.

On peut également citer l’entreprise Lucibel, spécialisée dans l’éclairage Led . Elle est la première à avoir testé le Li-Fi en conditions réelles, dans des bureaux. Sogeprom, une filiale de la Société Générale, a bien voulu servir de cobaye et un prototype de luminaire Li-Fi a été installé dans ses bureaux, à la Défense.

Le chiffre d’affaires potentiel du Li-Fi est énorme : le cabinet d’études américain Markets and Markets l’évalue à 6,1 milliards de dollars en 2018 .

Dans les musées, dans les supermarchés, dans les rues…

Les utilisations du Li-Fi sont innombrables. Et de nombreuses sont déjà en application.

Dans les supermarchés. Au moment de faire leurs courses, les clients repèrent plus facilement les produits en promotion grâce aux ampoules connectées au Li-Fi placées dans les rayons. C’est d’ailleurs ce qu’expérimente depuis mai 2015 l’enseigne Carrefour dans ses hypermarchés.

De la même façon, le Li-Fi peut être employé sur les lampes des panneaux publicitaires.

Dans les hôpitaux. Preuve de l’innocuité, au moins supposée, du Li-Fi, l’hôpital de Perpignan est le premier établissement de santé à en avoir équipé son service d’Urgences . Le réseau permet l’accès aux dossiers des patients.

Dans les trains. La liseuse installée au-dessus de chaque siège dans les wagons SNCF peut se transformer en signal Li-Fi et ainsi envoyer des informations au voyageur : les régions visitées, l’heure d’arrivée, les éventuelles perturbations sur la ligne. Ce sont justement les applications envisagées par la SNCF, qui teste le Li-Fi depuis 2012 . Dans les gares, le Li-Fi pourrait être utilisé comme balise GPS afin notamment d’aider les malvoyants .

Le Li-Fi bientôt dans les wagons ?

 Dans les rues. Installé sur les lampadaires, le Li-Fi transforme l’éclairage public en « smart lighting » (éclairage intelligent). Une seule ville en France a inauguré un réseau Li-Fi public : la petite commune de Meyrargues, en région PACA, qui compte moins de 4.000 habitants .

Dans les bureaux. A l’intérieur des bâtiments, le Li-Fi permet de géolocaliser facilement les personnes présentes, et par exemple de gérer efficacement l’éclairage, ou d’envoyer des informations personnalisées.

Bientôt 14 milliards de points Li-Fi

De moindre portée, le Li-Fi ne pourra jamais remplacer totalement le Wi-Fi. Mais ces deux technologies pourraient être utilisées de façon complémentaire pour créer des réseaux plus efficaces. D’après Deepak Solanki, PDG de Velmenni interrogé par l’International Business Times , l’Internet par la lumière pourrait arriver dans les foyers d’ici trois ou quatre ans.

« Tout ce que nous avons à faire, c’est fixer une petite puce électronique aux éclairages LED déjà existants », soutient-il. « Et dans le futur, nous aurons non seulement 14 milliards d’ampoules, mais aussi 14 milliards de points Li-Fi ».

 

Bouygues Telecom franchit la barre des 400 Mbits/s en 4G, un record

Antennes téléphonie mobile

PHILIPPE HUGUEN / AFP

L’opérateur affiche un nouveau record en très haut débit mobile grâce à la mise en œuvre d’une nouvelle modulation. Elle devrait être généralisée à tout le réseau 4G de Bouygues au second semestre 2016.

5G Idea Opens IoT Horizons

SAN JOSE, Calif. — Gerhard Fettweis believes he has the air interface for 5G, the next generation of cellular networks. The Dresden professor says Generalized Frequency Division Multiplexing (GFDM) has benefits that could enable what he calls the Tactile Internet, a future for the Internet of Things that is already attracting support from companies including Huawei, Intel, National Instruments, Vodafone and Xilinx.

All sides agree 5G will need a new air interface to meet its ambitious goals, one not backward compatible with today’s 4G LTE. A half dozen major proposals have already emerged and more are expected before the 3GPP issues the first major 5G standard with its Release 15 in 2018.

Most of the proposals are variations on today’s OFDM techniques that play to the strengths of their proponents. Some experts say the battle over air interfaces is not as significant as work defining brand new techniques for massive antenna arrays and support for frequencies above 6 GHz.

Nevertheless, companies and research institutes are beginning to take sides among a set of air interfaces they believe sport the greatest benefits for the industry and themselves. The differences between them involve subtle trade-offs in wireless communications techniques.

“It’s a bit of a beauty contest and eventually elements of multiple proposals might get adopted, but there isn’t much to play with because there are fundamental laws of physics and we can’t optimize for all the elements,” said Arogyaswami Paulraj, a veteran researcher and entrepreneur, speaking at a recent IEEE 5G Summit.

John Smee, a senior director of engineering for 5G at Qualcomm Research agrees. The various proposals tweak knobs for windowing and filtering OFDM signals, he said.

Nevertheless, Qualcomm recently laid out its own proposal. ItsUnified OFDM interface takes a hybrid approach using multiple techniques. It supports a number of symbols that is a power of two to better suit semiconductor design. Qualcomm advocates a separate 5G approach for the resource-constrained Internet of Things.

Fettweis described Qualcomm’s Unified interface as a variation on time/frequency code slicing concepts researchers have worked on for many years. He suggested the approach may not be the most energy efficient, creating relatively power hungry analog parts such as ADC and RF chips.

Qualcomm laid out its views on 5G air interfaces in a recent white paper.

Qualcomm laid out its views on 5G air interfaces in a recent white paper.
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 257 autres abonnés